Scream – 1×01

ScreamLa semaine dernière, MTV proposait le premier épisode de la série Scream, bien évidemment issue des films du même nom. Grand fan des 4 volets cinématographiques, que je considère comme de vraies pépites d’auto-dérision, j’étais assez sceptique quant à une adaptation télévisée. Mais après tout, pourquoi pas. Puis, pour l’été, c’est toujours ça de pris.

A Lakewood, un tueur masqué déguisé en fantôme sème la terreur autour de lui, faisant remonter à la surface les secrets d’un passé trouble. Le coupable aurait-il un lien avec le mythique Brandon James, qui avait à l’époque laissé de nombreuses victimes sur son passage ? L’assassin était alors obsédé par la jeune et belle Daisy. La fille de celle-ci, Emma, a aujourd’hui l’âge de sa mère au moment des drames. Le cauchemar recommencerait-il ? Qui sera la prochaine cible du détraqué ? (SourceAlloCiné)

Plusieurs éléments permettent à la série de se détacher des films. Premièrement, changement de lieu. Ici, pas de Woodsboro, mais place à Lakewood. Deuxièmement, le masque du tueur est complètement différent. Celui de la série est d’ailleurs d’un tout autre genre et fait assez peur. Je peux comprendre que la série veule se détacher des films (quoi que), mais il est vrai que le masque des films est culte (il suffit à lui-même, avant même le titre de la saga) et qu’il n’aurait pas été de refus.

Ce que j’adore dans la saga Scream, c’est bien évidemment son humour et son auto-dérision. Le premier se moquait des slashers, le second des suites, le troisième des trilogies et le quatrième des remakes. Ici, le format « série » se prête également au jeu, et est moqué de manière assez amusante. Malgré tout, ça s’arrête là, le propos ne va jamais plus loin et peut même devenir très vite lourd, puisque le personnage du geek (le nouveau Randy) aborde un côté « meta » qui apparaît sans aucune finesse, à l’inverse des films. Je suis tout de même content qu’ils aient tenté de garder cet aspect.

Malheureusement, la série a peu de chance de me marquer, et s’avère, après ce premier épisode, être une grosse déception. Heureusement que c’est une série estivale, on est toujours un peu plus indulgent durant cette période. Si je devais énumérer tous les défauts, cela prendrait du temps… Mais pour faire gros, les personnages, les acteurs et la réalisation sont les éléments qui m’ont le plus marqué (dans le mauvais sens).
Qui dit MTV, dit pauvre réalisation. Je dois sans doute être trop vieux (et je ne regarde aucune série de la chaîne), mais il m’a fallu du temps avant de rentrer dedans. Ce côté cheap est tout de même assez affolant. Entre la caméra qui n’est jamais placée au bon endroit, le mixage du son qui est très mal géré (n’importe quel bruit – voix, porte qui claque, vent, eau, voiture – a le même niveau sonore, ce qui rend le tout souvent bruyant) et les acteurs plus que limites, il faut s’accrocher ! C’est dommage de ne pas avoir fait quelque chose de plus classique, d’un petit peu plus travaillé.

La scène d’ouverture, pourtant une marque de fabrique de la saga, est ici assez décevante. Elle n’est d’ailleurs pas du tout marquante, ce qui casse complètement l’effet recherché. Il aurait, aussi, était plus sympa de prendre une star pour la scène, afin de « choquer » en la faisant mourir dès le début.

Au niveau de l’histoire, je n’ai pas trouvé ça franchement intéressant. On se retrouve avec des personnages fades (des mauvaises copies des films) mis au beau milieu d’une intrigue faisant intervenir le passé. En effet, la mère de l’héroïne, Daisy, avait été attaquée par un jeune homme assez perturbé. Je mise déjà sur une révélation, son collègue flic est le grand frère du jeune homme ayant attaqué Daisy lorsqu’elle était jeune.
Le tout devient même vite ennuyeux et on se retrouve à regarder l’heure…

Je ne sais pas trop quelle direction va prendre la série. Un mort devrait apparaître dans chaque épisode, mais je pense qu’il ne s’agit là que d’un prétexte pour une énième série sur des adolescents. Nous allons sans doute beaucoup voir leur vie privée et amoureuse (la jeune qui sort avec le prof, par exemple), ce qui ne m’enchante pas franchement.

Néanmoins, la série, si elle se bonifie avec le temps, peut devenir un petit guilty pleasure estival, 40 minutes sans prise de tête.

En clair, un pilote qui ne fait pas ses preuves. Entre humour un peu raté et scènes terrifiantes de bas étages, on se demande si les scénaristes ont réellement compris le message de la saga cinématographique.

Alex.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :