The Affair – 2×10 à 2×12

The Affair

The Affair sera parvenue à se réinventer intelligemment cette année, adoptant un format et une écriture nouvelle. Elle aura tenté des choses surprenantes, aura osé ramener sur le premier plan son côté thriller dans les derniers épisodes sans ne jamais décevoir. Une série complexe aux visages multiples (écho à ses différents points de vue) qui brille en tout point.

La série ne se sera jamais reposée sur les lauriers de sa première saison. Les scénaristes ont tenté de bousculer ce qu’ils avaient mis en place avec beaucoup d’intelligence. Le dernier épisode est proche du thriller, la première partie de l’avant dernier joue la carte de la thérapie (la série est conçue par les scénaristes de In Treatment), quand les précédents voguaient le plus souvent sur la romance. On a le sentiment de naviguer entre plusieurs séries contenues en une, sans pour autant qu’on ne soit déstabilisé. L’écriture reste fluide et passionnante.
Ce que je retiendrais particulièrement cette année, c’est, je crois, le parallèle établit entre la « réalité » de série et le roman de Noah. Il y avait quelque chose de fascinant là-dedans, à ne plus vraiment savoir quelles étaient les limites de l’un et de l’autre. On peut même dire que c’était vertigineux.

Difficile de conclure sur la série sans évoquer son ultime révélation. On découvre que Scott a été écrasé par Helen, accompagnée de Noah, alors qu’Alison l’avait repoussé. La toute fin verra Noah se « sacrifier », pour n’avoir à rapporter la culpabilité ni sur Helen, ni sur Alison.
Une fin qui a dû en décevoir certains j’imagine, puisque les choses ont l’air de trop bien s’imbriquer. Au contraire, je trouve cela pour ma part logique avec ce que la série nous montrait depuis ses débuts. Il est question de destinée, ce qui rappelle bien sûr le genre de la tragédie. Nos quatre protagonistes sont liés à jamais, malgré eux.

Dans l’exploration des personnages, des relations qu’ils ont avec les autres, The Affair est ce qu’il y a de mieux en matière de série télé. L’écriture des personnages me paraît toujours juste, qu’on les apprécie ou non. Cole et Helen auront été de grandes révélations, et les intégrer ainsi au récit une formidable idée. Noah et Alison se seront, eux, révélés sous un nouveau jour. Ils sont d’une grande complexité, capable aussi bien de nous émouvoir que de nous exaspérer…
Il reste maintenant à découvrir de quoi la saison 3 sera faite, puisque passé et présent se sont maintenant rejoints. J’espère par ailleurs que la série saura s’arrêter à temps (il me semble qu’elle avait été pensée pour durer 3 ans), car il est impossible de l’imaginer encore durer longtemps. Le concept original semble difficilement étirable.

Bref, des derniers épisodes tout aussi passionnants que l’ensemble de cette saison 2. Vivement la prochaine.

Typh.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :