Star Trek: Discovery – bilan de mi-saison

L’article ne révèle pas d’éléments importants sur la série.

Avant toutes choses, je me dois de préciser que je ne connais rien de Star Trek. Je n’ai jamais rien vu : ni les anciennes séries, ni même les films récents. Il s’agit donc pour moi d’une première excursion dans cet univers.
Malgré ça, il s’agissait d’une série que j’attendais plutôt de la rentrée 2017/2018 (il s’agit d’ailleurs d’une des rares nouveautés que j’ai débuté cette année). Pourquoi ? Peut-être parce que j’attendais tout simplement de voir ce qu’un space opera pouvait nous offrir à l’heure actuelle. C’est un genre particulier, que j’ai appris à apprécier devant Battlestar Galactica.

Bilan alors de cette première moitié de saison ?
Disons que je suis plutôt convaincue, même si j’imaginais que la série fera preuve d’un peu plus d’ambition que ce qu’elle nous propose pour le moment. Les deux premiers épisodes avaient mis la barre assez haut (belle réalisation, des effets spéciaux à couper le souffle pour une série télé, des cliffhangers à chaque épisode qui marchaient bien et l’annonce d’une guerre avec les Klingons qui parvenait à accrocher). Malheureusement, le soufflet est un peu retombé, la série continuant d’être agréable à suivre, mais finalement assez anecdotique.
Le principal problème vient selon moi d’un fil rouge peu clair. Qu’est-ce que Star Trek: Discovery veut nous raconter en fin de compte ? On ne sait pas tellement. La guerre avec les Klingons n’est pas assez bien racontée pour qu’elle suffise à tenir la série. Les enjeux ne sont pas suffisamment clairs. Le format de la série est alors plutôt étrange : les épisodes ne sont pas réellement des stand-alone, mais l’ensemble ne paraît pas non construire une grande histoire. Tout du moins, pour le moment.

Autre point sur lequel la série pêche un peu : l’écriture de ses personnages. Sur le papier, tous les personnages semblent intéressants. Pourtant, au final, presque aucun n’arrive à vraiment nous accrocher, si ce n’est peut-être l’héroïne, Michael. Il y a pourtant de belles idées (la relation Michael/Ash, l’énigmatique capitaine Lorca, la capacité du vaisseau à « sauter » par l’intermédiaire de Paul, qui n’en ressort pas indemne) mais rien ne captive vraiment.

Au final, je crois que la série est allée trop vite à ses débuts, ne nous laissant pas réellement le temps de se faire à l’univers, de comprendre les enjeux, d’apprendre à connaître les personnages.

Tout ça est tout de même loin d’être déplaisant (je ne regrette pas du tout d’avoir débuté la série), mais finalement on regrettera un peu la « fadeur » de l’ensemble, alors qu’un tel univers pourrait nous délivrer quelque chose de véritablement épique.
J’espère donc que ces 9 premiers épisodes n’étaient qu’une simple mise en jambe et que Star Trek: Discovery lâchera un peu les chevaux pour la suite. Elle en a tout le potentiel. Reste maintenant à l’exploiter.

Typh.

Publicités

Un commentaire sur “Star Trek: Discovery – bilan de mi-saison

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :